Attentat à Manchester : Theresa May dénonce une attaque lâche, ignoble contre des jeunes et des enfants

FACEBOOK FERME LES COMPTES DE MEMBRES QUI OSENT PARLER CONTRE L’ISLAM RADICAL (POURQUOI) ? FACEBOOK ET PEUT ÊTRE COMPLICE ?

Au lendemain de l’attentat qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés à la sortie d’un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande à Manchester, la Première ministre britannique Theresa May dénonce, mardi 23 mai, une « attaque lâche et ignoble contre des jeunes et des enfants ». La police locale confirme l’hypothèse d’un attentat et évoque « un agresseur solitaire » qui s’est donné la mort en activant un « engin explosif improvisé ». « Nous pensons connaître l’identité de l’attaquant mais nous ne pouvons confirmer son nom pour l’instant », précise Theresa May.


VIDEO. Retour sur les précédentes attaques au Royaume-Uni

Un lourd bilan. L’attentat a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés, selon un bilan communiqué à 8 heures par la police de Manchester. Cela fait de cette attaque la plus meurtrière sur le territoire britannique depuis les attentats du 7 juillet 2005 à Londres, qui avaient fait 52 morts.

Des conséquences en France. « La sécurité sera assurée sur les événements sportifs et culturels » en France, a réagi le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, au terme d’une réunion avec les responsables des services de sécurité et de renseignement. Une circulaire sera envoyée en début d’après-midi aux préfets.

Attentat Manchester
Attentat Manchester : 22 morts, 59 blessés

Ariana Grande « brisée ». « Brisée. Du fond du cœur, je suis affreusement désolée. Je ne trouve pas les mots », a tweeté la jeune chanteuse américaine, qui a suspendu sa tournée européenne.

De nombreuses réactions. Les principales personnalités politiques britanniques, européennes et américaines ont rapidement exprimé leur tristesse. Le président français, Emmanuel Macron a fait part de son « effroi » et de sa « consternation ». Son homologue américain, Donald Trump, a dénoncé depuis Bethléem, en Cisjordanie occupée, un attentat perpétré selon lui par « des losers malfaisants ».